Genre et espaces publics

, par Kathy Ajakane

Les femmes et les hommes n’ont pas toujours les mêmes usages des espaces publics. Le genre influe sur la façon dont on fréquente certains lieux, à certaines heures, pour certaines activités. Il joue un rôle dans les modes de déplacement et les trajectoires adoptées à l’échelle d’un quartier et au-delà. Et bien souvent, l’accès et l’appropriation des espaces publics sont plus contraints pour les femmes.

  • Comment les constats d’usages différenciés entre les hommes et les femmes interrogent-ils notre façon de concevoir, d’aménager ou d’animer les espaces publics ?
  • Quelles sont les conditions favorables à la levée de ces contraintes, pour que toutes et tous puissent s’y sentir à l’aise et légitime ?
  • Quelles dynamiques locales existent pour y reprendre place ou les réinvestir ?

Présentation de la vidéo :

Le centre de ressources GUSP, la Métropole grenobloise et la maison de l’égalité femmes-hommes ont organisé, le 12 mai 2017, une après-midi d’échanges autour de la question du genre et des espaces publics.
Pour accéder aux documents en lien avec la vidéo : c’est ici !

Les échanges :

Le genre s’installe très rapidement au début de la vie (6min) :
- > le rose pour les filles et le bleu pour les garçons ;
- > une fille est coquette, jolie, têtue, amoureuse, mignonne / le garçon est vaillant, rusé, fort, courageux, habile, déterminé.

Ces représentations vont avoir un impact sur l’espace public : le garçon comprend très vite que la rue est son territoire ; quant à la fille, elle apprend très vite qu’elle doit faire attention et qu’il existe des limites à ne pas franchir...

Il faut déconstruire les normes de genre et travailler sur l’égalité et l’équité.
Par exemple, dans une majorité des villes, les garçons disposent d’une soixantaine d’offres sportives contre une vingtaine pour les filles. Sur le terrain, par exemple, Aubervilliers est une ville très proactive pour amener une offre sportive mais on constate que les clubs de filles sont moins bien financés. Il n’y a donc pas égalité, ni équité.

L’association « Genre et Ville » a mené diverses études et à l’aide de mesures elle a démontré que ce sont bien les hommes qui occupent l’espace public.

Diaporama : Un autre regard sur le genre et l’occupation de l’espace public, Genre et Ville

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)