Enseignement d’exploration « Santé et Social »

Les articles RSS

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Sélections

  • Coffre-fort numérique : 1er bilan de l’expérimentation

    Le coffre-fort numérique est un service sécurisé en ligne qui permet aux personnes de conserver leurs documents administratifs et/ou personnels (carte d’identité, permis de conduire, contrats, factures, relevés, photos, etc.) et d’y accéder via Internet. L’utilisateur choisit la nature des documents qu’il souhaite conserver dans cet espace qui lui est personnel.

    Déjà plébiscité par un grand nombre d’utilisateurs, ce type d’outil peut avoir une valeur ajoutée pour toutes les structures et établissements accueillant ou hébergeant des personnes en grande difficulté et qui leur proposent un accompagnement social. Les personnes accompagnées voient en effet trop souvent l’accès à leurs droits retardé en raison de la perte de certains documents administratifs ou pièces justificatives.

    C’est dans ce but que la DGCS et l’UNCCAS ont lancé en juillet 2016 dans le cadre du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, une expérimentation visant à évaluer l’usage et l’utilité du coffre-fort numérique.

    Cette expérimentation vise notamment à comprendre dans quelles conditions le coffre-fort numérique peut faciliter l’accès aux droits et à l’accompagnement social des personnes concernées et dans quelle mesure il peut être également un outil efficace de lutte contre la fracture numérique.

    - >Un premier bilan encourageant : bilan intermédiaire de l’expérimentation, UNCCAS, avril 2017
    - >Contexte institutionnel : article L.137 de la loi du 7 octobre 2016 pour une République numérique

  • Perturbateurs endocriniens : accélération des mesures nationales

    Les Etats membres ont adopté la définition des perturbateurs endocriniens utilisés dans les pesticides.
    Dans le même temps, la Commission européenne a pris des engagements pour accélérer sa politique de lutte contre ces substances chimiques interférant avec les systèmes hormonaux.

    • l’application immédiate des nouveaux critères aux substances en cours de réévaluation au niveau communautaire ;
    • le lancement d’une stratégie européenne prenant en compte toutes les expositions possibles, notamment dans les jouets, les cosmétiques et les emballages alimentaires ;
    • la mobilisation de 50 millions d’euros complémentaires en faveur de la recherche sur les effets des perturbateurs endocriniens, dès 2018 ;
    • la présentation rapide d’une évaluation de l’efficience de ces critères et de l’effet des exemptions introduites.

    Pour protéger au mieux la santé des Français, Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ont pris des mesures nationales complémentaires.

    - > Le communiqué de presse, 4 juillet 2017
    - > La liste des mesures nationales
    - > Site du Ministère des solidarités et de la santé : Perturbateurs endocriniens : accélération des mesures nationales

  • Inégalités environnementales et sociales sont étroitement liées en IDF

    L’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) d’Ile-de-France présente une étude sur les relations entre les inégalités sociales et les inégalités environnementales. Celle-ci étaye l’intuition d’une corrélation entre ces deux types d’inégalités.

    Comme dans le PRSE IDF, cette étude s’est intéressée :
    - > aux aménités vertes. On peut définir par aménités, l’ensemble des facteurs environnementaux susceptibles de procurer des agréments esthétiques, fonctionnels ou sensoriels : les espaces verts et boisés, les zones de calme, les espaces récréatifs sont autant d’éléments pouvant contribuer au bien-être physique et mental ainsi qu’à la santé des habitants.

    - > aux « points noirs environnementaux » (PNE), entendus comme des zones géographiques où se cumulent plusieurs problèmes environnementaux (nuisances et pollutions).

    L’étude observe ainsi que la part de secteurs surreprésentés en ménages à bas revenus augmente dans les secteurs cumulant PNE et absence d’aménité (64 % contre 52 %). Cela s’observe, dans des proportions similaires, au sein de tous les départements (92, 93, 94, 95). Inversement, la part de secteurs surreprésentés en ménages à bas revenus se révèle nettement plus faible (33 % contre 52 %) dans les PNE comptant au moins trois aménités vertes.

    Cette vulnérabilité socialement différenciée face à l’environnement constitue un enjeu fort en santé-environnement, sous-jacent à de nombreuses actions inscrites dans le PRSE 3.

    Inégalités environnementales et sociales sont étroitement liées en Île-de-France, (IAU) d’Ile-de-France, juin 2017

  • Diagnostic social urbain dans le quartier de La Bouletterie

    Le Conseil de développement de la ville de Saint Nazaire a souhaité expérimenter une démarche pour évaluer les perceptions et représentations d’un quartier d’habitat social : La Bouletterie.

    Les représentations et les perceptions de la Bouletterie à Saint-Nazaire ont été évaluées à la fois chez les habitants résidents de l’agglomération, et aussi auprès des acteurs-habitants et des acteurs-organisés du quartier (bénévoles, professionnels, élus).

    Le but est de répondre aux questions suivantes :
    => Quels regards les habitants résidents et non résidents ainsi que les autres acteurs portent-ils sur le quartier de la Bouletterie et son cadre de vie ? Y-a-t-il des écarts de perceptions et de représentations ?

    Pour répondre à ces questions, 2 enquêtes ont été menées de façon concordante :
    • L’une qualitative, au sein du quartier, à travers la méthode du parcours photographique. À la différence des enquêtes traditionnelles, l’interviewé est le guide et aucune question fermée ne dirige la rencontre.

    • L’autre, plutôt quantitative, par des étudiants en Master 1 de l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes (IGARUN), pour déterminer l’image du quartier de la Bouletterie auprès des habitants de l’agglomération.

    L’atelier s’est ensuite interrogé sur la place de ces données dans une évaluation, notamment du contrat de ville. Les données quantitatives, souvent prédominantes pour répondre aux indicateurs évaluatifs, sont-elles suffisantes pour appréhender les effets d’une politique publique ?

    [Conseil citoyen de Saint-Nazaire – « L’évaluation participative du contrat de ville »-=31256622c26dc538c17266891522cdc1], juin 2017->]

  • Santé et accès aux soins des femmes précaires : des chiffres alarmants

    Contrairement aux idées reçues, les femmes constituent aujourd’hui la majorité des personnes en situation de précarité :

    • elles représentent 53 % des personnes pauvres ;
    • elles constituent 70 % des travailleur.euse.s pauvres, occupent
    • 82 % des emplois à temps partiel et 62 % des emplois non qualifiés ;
    • les femmes représentent 85 % des chef.fe.s de familles monoparentales et une famille monoparentale sur trois vit sous le seuil de pauvreté.

    Les problématiques en santé et dans l’accès aux soins des femmes en situation de précarité tiennent à la fois à des inégalités sociales de santé et à des spécificités liées au genre.

    • La mortalité prématurée liée à des maladies cérébro-cardiovasculaires chez les ouvrières est en moyenne 3 fois supérieure à celle des cadres et professions intermédiaires, une prise en charge plus tardive chez les femmes en général (55 % des accidents cardiaques sont fatals pour les femmes et 43 % pour les hommes) et un moindre dépistage chez les précaires en particulier.
    • 31 % des femmes vivant au sein d’un ménage ayant des revenus inférieurs à 2000 € par mois n’ont pas réalisé de frottis dans les 3 dernières années.

    La santé et l’accès aux soins : Une urgence pour les femmes en situation de précarité
    Rapport n°2017-05-29, Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes

  • Promouvoir le dépistage du cancer : quelles actions dans les villes ? dans les QPV ?

    Depuis 2010, les étudiants du Master « Territoires, Villes & Santé » de l’Université de Paris Nanterre et Pars Est Créteil réalisent des diagnostics locaux sur la participation au dépistage organisé du cancer du sein.
    Ils visent à comprendre ce qui, localement, freine ou favorise l’accès au dépistage. Ils sont produits dans le cadre d’un partenariat entre chercheurs-acteurs-décideurs (dont l’association ESPT).

    Ce document présente différentes stratégies d’intervention en ville et dans les QPV afin d’augmenter les taux de participation au DO et de réduire les inégalités socio-territoriales de santé : quelles populations ? quelles actions ? quels freins à la mobilisation ? quels leviers ?

    Promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein et réduire les inégalités socio-territoriales de santé : un guide pour l’action, Université Paris Nanterre, ARS Ile de France, Elus santé publique et territoire, 2017, 12 p.