Projet technologique

Les articles RSS

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Sélections

  • Repères de consommations alimentaires dans le cadre du PNNS

    L’Anses a publié ses avis et rapports relatifs à l’actualisation des repères de consommations alimentaires pour la population française adulte.

    Ce travail a visé pour la première fois à élaborer des repères de consommation pour les principaux groupes d’aliments visant à satisfaire les besoins nutritionnels de la population adulte, tout en intégrant les enjeux associés à la présence de certains contaminants chimiques dans l’alimentation.

    Les repères actuels du Programme National Nutrition Santé (PNNS) portent sur différents groupes d’aliments et sur l’activité physique, avec des déclinaisons pour des populations spécifiques (personnes âgées, enfants, ado, femmes enceintes...). L’évolution des données scientifiques au cours des dix dernières années a permis une révision des repères de consommations alimentaires et d’activité.

    L’Anses publie, le 23.01.17, ses avis relatifs à l’actualisation des repères de consommations alimentaires dans le cadre du PNNS.

  • Quartiers prioritaires, ghettoïsation et politiques de la ville

    Les "quartiers", dont le périmètre et la désignation ne cessent d’être réformés, concentrent à la fois les problèmes les plus intenses de la société française et, parce qu’ils sont peuplés de jeunesse et de dynamique, des gisements d’initiatives.

    Depuis 30 ou 40 ans, une très discutée « politique de la ville » se développe afin de lutter contre la ghettoïsation. Malgré son intitulé, elle ne concerne ni toutes les villes, ni toute la ville. Chaque année l’État y consacre environ 500 millions d’euros et, fin 2015, plus de 10 milliards d’euros avaient été engagés dans le cadre d’un ambitieux programme de rénovation urbaine lancé il y a plus de dix ans.

    L’auteur - Les cahiers Française N°396, 2017- tente de tirer un bilan de la politique de la ville depuis sa création.

  • Dépenses d’aide sociale départementale : une croissance soutenue par le RSA

    En 2015, les dépenses totales nettes d’aide sociale des conseils départementaux s’élèvent à 36,1 milliards d’euros, soit une hausse de 2 % en euros constants par rapport à 2014 et de 11 % depuis 2011.

    Parmi ces dépenses, 11,3 milliards d’euros sont consacrés aux dépenses nettes liées à la partie « socle » du revenu de solidarité active (RSA), au RSA socle majoré et aux contrats uniques d’insertion. Ces dépenses augmentent de 6 % en euros constants par rapport à 2014. Elles constituent près d’un tiers des dépenses consacrées aux quatre principales catégories d’aide sociale.

    Etude de la DREES- Janvier 2017

  • La Place Santé : diagnostic sur la consommation de soins

    Anaïs Ubelmann, interne en médecine générale a travaillé sur les dossiers médicaux de jeunes de 15 à 25 ans venus, en 2015, consulter au centre de santé « La Place Santé », à Saint Denis (93).
    Comment et pourquoi les jeunes consultent ?
    Consultent-ils (elles) de manière différente selon leur âge et selon leur sexe ?
    Quelles sont les pratiques des médecins en termes de proposition de dépistage, de prévention ….?

    Le document présente l’émergence de l’étude, la méthodologie d’enquête, les résultats ainsi que les perspectives de travail pour le centre de santé.

  • Origines antiques de l’hospitalité

    Étymologiquement, le terme hôpital s’est hospes, hospitis signifiant à la fois « celui qui reçoit » et « celui qui est reçu ». Autrement dit, l’hôpital se veut avant tout être un lieu d’accueil, c’est-à-dire d’hospitalité.

    Cette ambiguïté de terme aura traversé toute l’histoire de l’institution hospitalière jusqu’au XIXème siècle, période à laquelle l’hôpital se médicalise et même se laïcise.

    Lorsque l’hôpital soignait les âmes : brève histoire d’une institution médiévale- CRAPSLOG- Janvier 2017 - pages 20 et 21.