STMS

À la une Une

Numérique en STMS RSS

Sélections

  • ça ne se fait pas !

    Commencer la partie d’un si bien nommé « jeu de société » avec 1 500 euros, contre 750 pour les autres joueurs, trois rues et deux maisons, une carte qui permet de ne jamais aller en prison, quand d’autres joueurs ne pourront acheter que les rues les moins prestigieuses du plateau ou n’auront pas accès aux gares parce qu’ils sont en béquilles, ça fait quel effet ? « Ça ne se fait pas », s’exclament les enfants à qui l’on explique ces nouvelles règles, dans cette petite expérience filmée par l’agence Herezie pour le compte de l’Observatoire des inégalités.

    Cette partie permet de montrer comment ni les chances de départ ni les conditions de la compétition ne sont égales dans notre société. Le milieu social, le niveau de vie, la couleur de la peau, le handicap ou encore le sexe, pèsent dans la balance et sur les chances de remporter la partie, riche et confortablement installé.

  • Comparateur local - Inégalités femmes/hommes

    Où en est-on des inégalités entre les femmes et les hommes au sein de chaque commune de France ?

    C’est ce que permet de mesurer le comparateur des territoires entre les femmes et les hommes développé par le Compas , dont les données viennent d’être actualisées : elles portent désormais sur l’année 2013, les plus récentes disponibles.

    Ce comparateur permet de donner un coup de projecteur territorial sur quatre dimensions essentielles que sont l’activité professionnelle, la catégorie sociale, le niveau de formation et le salaire.
    Cet outil propose les données de base pour toutes les communes et une comparaison au niveau national.

  • Déserts médicaux : définition ? mesure ?

    Les vifs débats actuels sur l’accès aux soins, cristallisés autour de la notion de « déserts médicaux », posent une question centrale de mesure et de définition de termes communs. Ce dossier rassemble les éléments chiffrés disponibles et vise à poser quelques jalons dans la recherche de définitions partagées rendant possible l’objectivation.

    Tant la démographie vieillissante des médecins que les aspirations des jeunes générations concourent à une diminution probable des effectifs libéraux dans les prochaines années, ce qui fait craindre un accroissement des inégalités territoriales d’accès aux soins, qui restent limitées à l’heure actuelle.

    D’après la mesure proposée, 8% de la population réside dans une commune sous-dense en médecins généralistes, au sens d’une accessibilité inférieure à 2,5 consultations par an et par habitant.
    Sur la période 2012-2015, on observe une légère augmentation de la population située en dessous de ce seuil, mais l’accessibilité des zones qui étaient en-dessous du seuil en 2012 s’est très légèrement améliorée.
    Les Dossiers de la Drees, n°17 - mai 2017

  • Discriminations dans l’emploi

    L’emploi apparaît comme un milieu particulièrement discriminant, une personne sur deux considérant que les discriminations sont fréquentes au cours d’une recherche d’emploi et une sur trois dans la carrière.

    Les expériences déclarées par les personnes en activité – en emploi ou chômage – confirment ces représentations puisqu’un tiers de la population active (34 %) rapporte des discriminations liées au sexe, à l’âge, à la grossesse ou la maternité, à l’origine, aux convictions religieuses ou au handicap et à la santé, dans son parcours professionnel au cours des 5 dernières années.

    Les résultats du 10e Baromètre Défenseur des droits/OIT-mars 2017 sont issus de l’enquête « Accès aux droits » du Défenseur des droits, qui porte sur un échantillon de 5 117 personnes représentatif de la population de France métropolitaine.

  • Habitat et cohésion sociale

    Le CESER a choisi d’aborder le thème « habitat et cohésion sociale : quelles innovations en Occitanie ? » de manière globale, en l’inscrivant dans une réflexion sur la cohésion sociale.

    Dans une société en proie à une crise qui l’amène à des questionnements sur un socle de valeurs communes, il est primordial de réfléchir à des voies pour favoriser la cohésion sociale. Etre logé dans de bonnes conditions est bien un des axes clés du processus d’inclusion sociale.

    Le sujet de ce rapport (mars 2017) est donc l’accès à un logement pour tous, avec un focus particulier sur les ménages rencontrant des difficultés.

  • Vivre dans plusieurs configurations familiales

    En 2011, parmi les 13,7 millions d’enfants mineurs résidant en France métropolitaine, 900 000 vivent principalement avec un seul de leurs parents et une partie du temps chez leur autre parent.

    Ils peuvent vivre dans des configurations familiales différentes chez l’un et l’autre de leurs parents.

    En changeant de résidence, ils peuvent modifier à certains moments la situation familiale d’autres enfants mineurs. Ainsi, 140 000 enfants en famille « traditionnelle » vivent une partie du temps en famille recomposée, quand des demi-frères ou demi-sœurs résidant ailleurs la plupart du temps viennent résider avec eux.
    Inversement, entre 90 000 et 120 000 enfants de familles recomposées vivant avec leurs deux parents se retrouvent, une partie du temps, en famille « traditionnelle », lorsque leurs demi-frères ou demi-sœurs vont chez leur autre parent.

    Insee Première - No 1647 -Paru le : 15/05/2017

  • Enquête sur les PASS

    Invitée à intervenir au Congrès national des PASS à Toulouse les 16 et 17 mars 2017, la Fédération des acteurs de la solidarité y a présenté les résultats de son enquête, réalisée en février 2017, sur la perception du fonctionnement des PASS par les acteurs de la veille sociale (115/service intégré d’accueil et d’orientation, accueils de jour, maraudes).

    Quelques résultats :
    >38 % des répondants ont une perception très positive de l’accueil en PASS.

    >35 % des répondants estiment que la PASS est souvent saturée en raison d’horaires d’ouverture trop limités.

    > 38 % des répondants indiquent que des traitements sont toujours remis aux patients sans donner lieu à facturation.

    >Parmi ceux qui ont répondu que des personnes avec des droits ouverts se rendent à la PASS (49 %), trois grandes raisons sont citées pour expliquer ce phénomène :

    • 45 % de ces répondants orientent des personnes avec des droits ouverts et expliquent que ce sont des personnes éloignées du soin, parfois marginalisées, avec qui il est nécessaire de recréer le lien ;
    • 32 % des répondants expliquent également ce recours à la PASS en raison de la désertification médicale ;
    • la troisième raison citée (23 % des répondants) concerne les difficultés rencontrées avec la CPAM.

    Résultats de l’enquête
    Synthèse des résultats de l’enquête - Fédération des acteurs de solidarité - Mars 2017

  • Evaluation : vers le 4ème plan autisme ?

    « Le 3ème plan autisme 2013-2017, lancé le 2 mai 2013, a permis des avancées certaines dans l’évolution du diagnostic et de l’accompagnement des personnes avec autisme ».
    Il a « bénéficié d’un budget spécifique de 205 millions d’euros, dont 195 millions d’euros pour le secteur médico-social. (...)

    Lors de la Conférence nationale du Handicap du 19 mai 2016, le Président de la République a annoncé qu’un 4ème plan autisme verrait le jour à l’issue du 3ème.

    C’est dans cette perspective qu’une évaluation du 3ème plan doit être menée sur les cinq axes qui le composent :
    1/ le diagnostic et l’intervention précoce ;
    2/ l’accompagnement tout au long de la vie ;
    3/ le soutien aux familles et aux aidant ;
    4/ la poursuite des efforts de recherche ;
    5/ la formation de l’ensemble des acteurs.

    Evaluation du 3ème plan autisme dans la perspective de l’élaboration d’un 4ème plan- IGAS- Mai 2017, 341 pages

Derniers articles RSS

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Que faire contre les inégalités ?

Agenda


  • L’exposition se tient jusqu’en janvier 2018.

    “Le développement exponentiel du numérique est à l’origine d’une profonde et rapide transformation de nos vies. C’est sur ce sujet très actuel que se penche l’exposition Terra Data, nos vies à l’ère du numérique ; et elle le fait d’une manière totalement nouvelle, ayant été conçue avec l’aide du public, selon un processus participatif inédit inspiré des méthodes de consultation citoyenne locale. La Cité des sciences et de l’industrie, forte de son expérience, poursuit ainsi son travail de décryptage des grandes questions de société. ” Bruno Maquart, président d’Universcience

    Cité des sciences et de l’industrie
    30, avenue Corentin-Cariou
    75019 Paris

  • Ce MOOC se propose tout d’abord de faire découvrir les avantages et limites des « Serious Games » pour l’enseignement, à grand renfort d’exemples. Nous aborderons ensuite des questions plus pratiques : Où trouver des « Serious Games » ? Comment sélectionner un jeu adapté à ses élèves ? Comment le mettre en oeuvre dans sa classe ?

    Début du cours le 10 mai 2017
    Fin des inscriptions le 7 juin 2017

    Pour s’inscrire : c’est ici !

  • Que la notion de progrès soit en crise, cela ne semble plus faire débat.
    Nous vivons l’équivoque du progrès et nous cherchons difficilement la voie pour un nouvel horizon de sens, une nouvelle éthique pour penser notre place dans l’existence.
    Limites morales lorsque sciences et techniques nous promettent le post-humain ? Limites écologiques lorsque tous les voyants environnementaux sont au rouge ? Limites sociales lorsque les innovations disruptives déstabilisent puissamment nos modes de socialisation ? Limites économiques lorsque le renouvellement des technologies conduit à l’obsolescence programmée ? Finalement, peut-on penser une éthique à l’âge des limites et ainsi sauver la notion de progrès ?

    Le programme : ici !
    Inscription gratuite et obligatoire : ici !

    Auditorium Biopark
    11 rue Watt
    75013 Paris

  • Les technologies du diagnostic prénatal (DPN) se sont imposées comme une étape quasi incontournable du suivi des grossesses. Mises au point pour détecter des malformations fœtales sévères, elles permettent aux femmes et aux couples qui en font la demande d’interrompre la grossesse ou de se préparer à l’arrivée d’un enfant malade ou handicapé. Elles permettent aussi, pour des malformations moins sévères, d’anticiper des interventions thérapeutiques précoces et d’orienter les femmes vers les unités les mieux adaptées.

    Les deux journées du colloque croiseront les perspectives de chercheurs, de professionnels et de représentants d’associations.

    Programme
    Inscription gratuite et obligatoire : ici !

    EHESS Amphithéâtre François Furet,
    105 Boulevard Raspail
    Paris (75006)

  • La chaire ESS de l’université de Paris Est Marne-la-Vallée organise un colloque les 16 et 17 juin sur l’État social et l’économie sociale au XXIe siècle.

    Extraits du programme :

    • Organismes de Sécurité sociale et lien social sur les territoires : le cas des CAF
      Christian BOURRET Université Paris-Est Marne-la-Vallée
    • La place des mutuelles communales dans la protection de la santé en France
      Juliette ALENDA-DEMOUTIEZ Université Lille 1
    • L’expérimentation « Territoires zéro chômeur de longue durée » : une opportunité pour refonder l’État social ?
      Daniel LE GUILLOU Fonds d’expérimentation contre le chômage de longue durée- Philippe SEMENOWICZ Université Paris-Est Créteil

    Entrée gratuite sur inscription.

    Le programme : c’est ici !

    Médiathèque du Val d’Europe
    2 place d’Ariane,
    Serris.

agenda complet